Valorisation des Produits de la ruche : des formations en apiculture améliorée pour accroître les revenus des jeunes et protéger les forêts.

Le Programme d’Investissement Forestier travail à crée les conditions pour une gestion durable ressources forestières. Pour ce faire il implique pleinement les communautés riveraines des forêts dans les activités de reboisement et de conservation. L’une des méthodes pour renforcer la participation des populations partenaires est la valorisation des Produits Forestiers Non Ligneux (PFNL) à des buts commerciaux. D’où l’implémentation d’une série de formations sur l’apiculture améliorée au profit des membres des Comités de Gestion Forestière (CGF).

Au Programme d’Investissement Forestier (PIF), le second trimestre de l’année 2018 a été marqué par une série de formations sur l’apiculture améliorée. Deux cent cinquante (250) jeunes membres des douze (12) Comités de Gestion Forestière (CGF) ont participé à ces formations organisées dans les quatre (04) régions d’intervention du PIF. Bien avant le déploiement des formations au niveau régional, 25 moniteurs locaux ont été formés sur les techniques modernes d’apiculture du 25 au 31 mai 2018 à Koudougou. Leur rôle est d’assurer un encadrement de proximité des apiculteurs organisés en groupements au sein des Comités de Gestion Forestière. Les moniteurs et les participants à la série de formations sont tous originaires des villages situés au abords des forêts classées dans lesquelles le PIF intervient. Les formations avaient pour objectif principal le renforcement des capacités des jeunes apiculteurs en matière de production de miel autour des forêts. A l’occasion, le concept entrepreneuriat vert a été développé au profit des bénéficiaires. Selon Monsieur Paul Marie SAWADOGO, Expert en renforcement des capacités du PIF, « ces formations constituent des opportunités pour aller vers une protection des forêts grâce aux ruches. Il s’agit de faire de l’apiculture un moyen de renforcement des capacités des forêts en matière de séquestration de carbone. L’apiculture également une activité génératrice de revenus pour les producteurs ». La valeur ajoutée de ces formations réside dans le gain en matière de protection des forêts, de sécurisation des ressources naturelles, d’enrichissement biologique, d’accroissement des stocks de carbone et de renforcement de capacité des acteurs. A terme, les bonnes pratiques d’apicoles apprises par les jeunes devront leur permettre d’accroître leurs revenus monétaires. Mais pour mettre en pratique les connaissances acquises, il faut des moyens de production. C’est pourquoi dans le cadre de la mise en œuvre de son plan de renforcement des capacités, le Programme d’Investissement Forestier (PIF) a mis 1900 ruches kenyanes avec des kits de production à la disposition des Comités de Gestion Forestière. Quant aux formations organisées au profit des apiculteurs, elles s’inscrivent dans le cadre du protocole qui lie le PIF à l’ONG Wend-Puiré. Cette structure est reconnue à l’échelle internationale pour son expertise en matière d’apiculture et de valorisation des produits de la ruche. Ainsi, les jeunes apiculteurs formés bénéficieront d’un suivi rapproché dans leurs activités de production. Sur le plan commercial, l’écoulement des produits issus des ruches des Comités de Gestion Forestière (CGF) sera facilité par l’ONG Wend-Puiré à travers l’intégration des producteurs formés dans son circuit de collecte, de transformation et de distribution.

 

 

Nado Ariane Elisabeth SO

Stagiaire / service Communication PIF-Buirkina

 

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*