Bilan de la participation de la délégation du Burkina Faso au dixième anniversaire du CIF

La délégation du Burkina Faso qui a participé à la conférence annuelle des Fonds d’Investissement pour le Climat (CIF) était composée de 7 personnes, à savoir Marou Lazare OUEDRAOGO, Conseiller Technique du Ministre de l’Environnement, de l’Economie Verte et du Changement Climatique, Mamadou BATIENE Point Focal PIF-REDD+, Idrissa ZEBA, Président du Comité de Pilotage du PAPF/DGM et Vice-Président du DGM (Dedicaded Grant Mechanism),  Oumarou SEYNOU, Coordonnateur du Projet d’Appui aux Populations dépendantes de la forêt (PAPF/DGM) financé à travers le Mécanisme de dons dédiés aux peuples autochtones et populations locales (DGM) ; Pauline YAMEOGO / ZABA Experte en suivi-évaluation du PIF, Thierry OUEDRAOGO Expert en Communication du PIF, et Saoudata Aboubacrine observatrice du CIF. Au cours de la conférence, la délégation a animé des panels et tenu des rencontres bilatérales.

Séance de travail entre la Directrice du CIF (au Centre) et la délégation Burkinabè. A gauche Mamadou BATIENE Point Focal PIF-REDD+ et à droite Mme YAMEOGO/ZABA Pauline Expert en suivi-évaluation

Dans le cadre de la conférence annuelle du CIF, Monsieur Idrissa ZEBA, Président du Comité de Pilotage du PAPF/DGM-Burkina Faso a participé à l’animation d’un panel consacré à la « Participation des peuples autochtones et des communautés locales à la gestion durable des forêts ». A cette occasion, il a plaidé pour le renforcement de la participation des peuples autochtones et des communautés locales à la mise en œuvre des projets et programmes de conservation des ressources forestières. Selon M. ZEBA, « Si les projets de gestion durable des forêts n’impliquent pas ces acteurs dans la mise en œuvre de leurs activités, l’échec est inéluctable. Il faut donc les mettre à l’avant-garde de la lutte contre la déforestation et la dégradation des forêts ». Ce plaidoyer a été fort apprécié par les participants, qui ont souhaité que les prochaines actions du CIF tiennent davantage compte du rôle des communautés locales dans la préservation des forêts. En marge des travaux du 10ème anniversaire du CIF, la délégation du Burkina Faso, a rencontré la Directrice du CIF, Mme Mafalda DURATE. Conduite par Monsieur Mamadou BATIENE, la délégation était composée de Mme YAMEOGO/ZABA Pauline et  de Thierry Rolland OUEDRAOGO. Pour la partie burkinabè, il s’agissait de s’imprégner des conditions pour bénéficier d’un appui du CIF pour un grand « programme énergie solaire » au Burkina Faso. A ce propos la Directrice du CIF a indiqué que l’idée d’un « vaste Programme Energie » pour le Burkina Faso est très intéressante. En plus de cela, c’est déjà un avantage pour le Burkina Faso de faire partie des pays historiques du CIF. Aussi, a-t-elle indiqué que l’énergie (propre et renouvelable) sera au cœur des actions du CIF dans les dix prochaines années. Concernant le montage du programme, elle a conseillé la partie burkinabè de se rapprocher des équipes en charge des énergies renouvelables des deux Banques multilatérales (Banque Mondiale et Banque Africaine de Développement) qui interviennent au Burkina Faso dans le cadre du CIF. Toutefois, elle s’est engagée à établir le contact entre l’équipe du CIF qui s’occupe des énergies renouvelables avec la partie burkinabè. Selon Mafalda DUARTE, il faudra également que le Burkina Faso renforce son engagement politique en matière d’environnement et de développement durable.

Thierry Rolland N. OUEDRAOGO

Expert en communication / PIF-BF

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*