Echanges Burkina Faso # Madagascar sur la REDD+ : Leçons apprises par l’équipe REDD+ de Madagascar

Aperçu du laboratoire de Géomatique du Bureau National de Coordination de la REDD+ de Madagascar

Madagascar retient de ces échanges que l’efficacité du Programme d’Investissement Forestier (PIF) du Burkina Faso s’appuie sur des approches complémentaires à savoir : (i) une approche de gestion durable des forêts classées et conservation de la biodiversité qui privilégie un aménagement participatif des forêts et un renforcement des capacités organisationnelles, techniques et matériels (ii) une approche communale qui est basée sur l’élaboration et la mise en œuvre de Projets de Développement Intégré Communaux pour la REDD+ (PDIC/REDD+) dans toutes les communes riveraines des aires protégées ; La vision étant de maitriser les fuites, (iii) une approche communautaire à travers des appels à projets permettant de financer des activités de réduction d’émissions et de développement rural dans les zones d’interventions des deux approches précédentes. Avec comme vision de renforcer l’adhésion de la société civile, et enfin, (iv) une approche filière ou chaînes de valeur qui met en œuvre des projets de réduction de l’empreinte carbone dans la chaine de valeur des filières à fort potentiel en étroite collaboration avec le secteur privé. La vision étant de catalyser les investissements du secteur prise à travers une économie verte. L’exemple le plus concret en la matière est le projet ‘’Serious Shea’’. Durant l’échange avec l’équipe REDD+ du Burkina Faso, Madagascar a aussi découvert un outil d’estimation du carbone organique du sol à travers la promotion des bonnes pratiques agricoles. Il s’agit de l’apporche Sustainable Agricultural Land Management (SALM), ou encore Gestion Durable des Terres Agricoles, dont l’objectif est de restaurer les terres dégradées afin d’améliorer la productivité agricole, de renforcer les capacités d’adaptation aux changements climatiques et d’atténuer l’impact négatif des changements climatiques par la séquestration du CO2 dans le sol. Le Burkina Faso a également confirmé lors du partage d’expérience la nécessité de mobiliser plus de fonds pour la promotion des activités génératrices de revenus (AGR) et la mobilisation sociale afin d’accompagner la mise en œuvre de la Stratégie Nationale REDD+.

Thierry Rolland N. OUEDRAOGO

Expert en Communication / PIF-BF

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*