Engagement des parties prenantes : Des parlementaires burkinabè à l’école de la REDD+

A l’initiative du Réseau des parlementaires burkinabè sur l’environnement, les changements climatiques, l’économie verte et la biodiversité, l’Unité de Coordination du Programme d’Investissement Forestier du Burkina Faso a organisé un atelier de formation sur le mécanisme de Réduction des Emissions dues à la Déforestation et à la Dégradation des Forêts (REDD+) au profit d’une quarantaine de parlementaires et d’une dizaine d’assistants parlementaires. Cette formation vise à renforcer leurs connaissances du mécanisme REDD+ afin de mieux jouer leur rôle.

Le président du réseau des parlementaires, honorable Député Alexandre TAPSOBA (au micro) a souhaité que cette formation soit le début d’un partenariat fructueux entre le PIF et son Réseau.

La cérémonie d’ouverture de l’atelier a été ponctuée par trois allocutions. Premier à intervenir, le Député Alexandre TAPSOBA, président du Réseau des parlementaires burkinabè sur l’environnement, les changements climatiques, l’économie verte et la biodiversité a indiqué dans son discours que « la REDD+ est un concept nouveau qui a des implications politiques et législatives. C’est pourquoi il est nécessaire que les parlementaires soient formés pour mieux jouer leurs rôles dans le processus REDD+ ». A la suite du président du réseau, M. Batio BASSIERE, Ministre de l’Environnement de l’Economie Verte et du Changement Climatique a rappelé que le « processus REDD+ est multi-acteurs et multisectoriels. C’est pourquoi il faut travailler à impliquer toutes les parties prenantes, dont les parlementaires qui ont pour rôle de créer le cadre législatif du mécanisme REDD+ au niveau national ». Quant à M. Issaka CONGO, 3ème vice-président de l’Assemblée Nationale représentant SEM le Président de l’Assemble Nationale, il a salué la tenue de la session de formation tout en précisant que « c’est normal que les parlementaires qui votent les lois puissent avoir des connaissances nécessaires sur la REDD+ afin d’en tenir compte au moment opportun ». Après la cérémonie d’ouverture, la session de formation a effectivement démarré. Aperçu sur le processus REDD+, historique de la REDD+ au Burkina Faso, approches d’intervention du Programme d’Investissement Forestier, Enjeux et défis de la REDD+ pour le Burkina Faso, rôle et responsabilités des parlementaires dans le processus REDD+, ce sont les modules qui ont été développées au profit des parlementaires et assistants parlementaires. A la fin de la session, les parlementaires ont apprécié positivement la tenue de cette formation. Le réseau des parlementaires burkinabè sur l’environnement, les changements climatiques, l’économie verte et la biodiversité ; par la voix de son président, le député Alexandre TAPSOBA a remercié l’Unité de Coordination du PIF pour sa collaboration. Il a ajouté qu’un plaidoyer sera fait par le réseau au niveau du parlement pour que la formation soit dispensée à l’ensemble des 117 députés. C’est sur ces notes de renforcement du partenariat entre le PIF et le réseau que la session de formation a pris fin.

Thierry Rolland N. OUEDRAOGO

Expert en communication / PIF-BF

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*