Formations des producteurs locaux sur la Gestion Durable des Terres (GDT) : Bilan et perspectives.

Le Programme d’Investissement Forestier (PIF) du Burkina Faso a élaboré un programme de formation des producteurs sur les bonnes pratiques Agro-sylvo-pastorales. Les premières expériences ont donné des résultats encourageants militant en faveur de meilleures perspectives.

La promotion des Bonnes Pratiques Agro-sylvo-pastorales de Gestion Durable des Terres (GDT) a été initié par le Programme d’Investissement Forestier (PIF) pour renforcer les investissements réalisés à travers les Projets de Développement Intégré Communaux pour la REDD+ (PDIC/REDD+). En effet, les activités des PDIC/REDD+ couvrent une partie du territoire communal alors que les producteurs sont confrontés à une dégradation constante des terres du fait des mauvaises pratiques de production qu’ils adoptent. En termes de bilan, au cours de l’année 2017, 320 producteurs ont été identifiés et formés aux Bonnes pratiques agro-sylvo-pastorales. Les thématiques abordées ont été identifiées par les experts de l’Equipe Développement Local du Programme d’Investissement Forestier (PIF) en collaboration avec le Programme de Partenariat pour la Gestion Durable des Terres (CPP). Elles sont au nombre de neuf et reparties dans trois secteurs. Ainsi dans le domaine de l’agronomie, les formations ont porté sur la réalisation de Diguettes en terre et en pierres ; le zaï manuel et mécanisé, et le compostage en tas et en fosse. Dans le domaine de l’agroforesterie, les producteurs ont été outillés pour mener des activités en lien avec la régénération naturelle assistée, le défrichement contrôlé et la mise en place de haies-vives défensives. Dans le secteur de la Zootechnie et le pastoralisme les formations ont porté sur la Fauche et conservation du fourrage naturel, la collecte/conservation des sous-produits agricoles et de ligneux fourragers et leur valorisation par la technologie du broyeur polyvalent, et la culture fourragère. Dans ce dernier secteur, des films pédagogiques ont été réalisées en langues nationales pour appuyer les formations qui seront dispensées aux agropasteurs.  En 2018, environ 70% des producteurs formés ont mis en application chacun, 2 à 3 bonnes pratiques dans leur exploitation ; ils ont été suivi au cours de la même année par les Services Techniques Déconcentrés (Agriculture, Elevage et Environnement) et les Experts de l’Equipe Développement de l’Unité de Coordination du Programme. En ce qui concerne la capitalisation des résultats de ces formations, les modules de formation seront imprimés et mis à la disposition des acteurs terrain (agents des services techniques déconcentrés) pour inscrire les formations dans la durée. Comme perspectives, en vue renforcer les actions de diffusion des bonnes pratiques GDT, des kits de petits matériels seront fournis aux producteurs modèles pour les encourager et appuyer leurs activités. A cela s’ajoutent l’identification et la formation de cinq (05) nouveaux producteurs relais par Commune, le recyclage des Agents et des 320 producteurs relais sur les 09 bonnes  pratiques agro-sylvo-pastorales de GDT promues par le PIF.

 

Thierry Rolland N. OUEDRAOGO

Expert en communication / PIF-BF