Mise en œuvre des PDIC/REDD+ : La situation après le lancement officiel.

140 millions de franc CFA, c’est le montant à alloué à chacune des 32 communes partenaires du Programme d’Investissement Forestier (PIF) pour la mise en œuvre des Projets de Développement Intégrés Communaux pour la REDD+ (PDIC/REDD+). Le lancement officiel de ces projets a eu lieu en juillet 2018 sous la présidence de M. Batio BASSIERE, Ministre de l’Environnement de l’Economie Verte et du Changement Climatique. Huit (08) mois après le lancement officiel, l’heure est au réglage des paramètres techniques pour passer à l’action.

Le Coordonnateur National du PIF donnant une communication lors du lancement protocolaire des PDIC/REDD+ en juillet 2018 à Dédougou (Boucle du Mouhoun)

Conçus dans la cadre du PIF, les PDIC/REDD+ constituent un ensemble cohérent d’activités diversifiées mais intégrées, contribuant à réduire la déforestation et la dégradation des forêts et des espaces boisés. Cela passe par le renforcement de leur capacité de séquestration du carbone en diminuant les pressions sur les écosystèmes forestiers grâce à une meilleure gouvernance, un développement socioéconomique local respectueux de l’environnement et une gestion durable des ressources forestières et des espaces boisés. Au total, soixante-dix-sept (77) aires de conservation ont été identifiées par les Communes sur une superficie de 20 162 hectares. Le Fonds d’Intervention pour l’Environnement (FIE) a intégré le dispositif institutionnel des PDIC/REDD+ afin d’assurer une intermédiation financière entre le PIF et les 32 communes d’intervention du PIF. Concrètement, le rôle du FIE dans le dispositif est de faciliter le transfert des ressources financières aux communes, de veiller au respect des procédures administratives, comptables et financières. Après la signature des conventions entre les communes et le Ministère de l’Environnement, le Programme d’Investissement Forestier a procédé au virement des deux premières tranches (14 millions et 42 millions de FCFA) de financement aux communes. Cette transaction a été réalisée par l’intermédiaire du FIE. Ainsi, à la date du 30 mars 2019, chaque commune dispose 56 millions de francs CFA pour l’exécution des premières activités de son PDIC/REDD+.

La situation après le lancement officiel

La première convention de financement de PDIC/REDD+ a été signée en juillet 2018 entre le Ministre de l’Environnement de l’Economie Verte et du Changement Climatique à gauche et le Maire de la Commune de Dédougou (Boucle du Mouhoun) à Droite.

Après le passage de deux (02) missions de suivi-appui-supervision du PIF et de la Banque Mondiale dont une effectuée conjointement avec le FIE, sur le terrain, les différents acteurs s’activent pour réunir les conditions techniques nécessaires pour l’exécution des PDIC/REDD+. La prospection pour l’identification des sites qui doivent abriter l’investissement est achevée. Une cartographie des acteurs impliquées (Religieux, coutumiers, propriétaires terriens, personne affectées…) a également été établie. Le FIE de son coté s’investit dans l’appui-conseil et les concertations diverses pour une meilleure préparation des dossiers d’appel d’offre. Concernant les réajustements à opérer, on note une reprise du processus d’élaboration et de validation du PDIC/REDD+ de la commune de Zambo. Une reprise consécutive à l’absence d’un consensus des acteurs locaux autour du premier document projet. Aussi, pour une mise en œuvre effective de leur PDIC/REDD+, les communes de Ténado, Dassa et Kyon attendent la validation de leur PACF. Pour accélérer le processus de mise en œuvre des PDIC/REDD+, une stratégie a été élaborée par l’Equipe Développement Local du PIF. Cette stratégie est basée sur l’identification et la mise en œuvre des actions qui faciliteront le décaissement d’ici à la fin du mois d’avril 2019. Ainsi, le PIF et le FIE vont accompagner au moins 20 communes dynamiques, afin qu’elles atteignent l’indice de progrès nécessaire (40% d’exécution physique et financier) pour accéder chacune à la troisième tranche de son PDIC/REDD+, d’un montant de 42 millions de FCFA. Toute chose qui constituera une grande avancée pour le Programme d’Investissement Forestier (PIF).

Thierry Rolland N. OUEDRAOGO

Expert en communication / PIF-Burkina

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*