Réduction des Emissions dues à la Déforestation et à la Dégradation des forêts : Le Secrétariat Technique National REDD+ mobilise la société civile

Les 17 et 18 Février 2020 à Ouagadougou, le Secrétariat Technique National REDD+ a organisé un atelier d’information et d’échanges avec des représentants d’organisations de la société civile. Objectif, renforcer le dialogue avec les OSC et les mobiliser davantage pour la mise en œuvre de la REDD+.

Photo de famille des participants

Le Secrétariat Technique National REDD+ a réuni des acteurs de la société civile les 17 et 18 février 2020 à Ouagadougou. Au menu de l’atelier d’information et d’échanges, le renforcement du dialogue avec la société civile afin de la mobiliser davantage pour la mise en œuvre du processus REDD+ au Burkina Faso. A l’ouverture de l’atelier, le représentant du Secrétaire Général du Ministère de l’Environnement, de l’Economie Verte et du Changement Climatique Kimsé Ouedraogo a indiqué que la société civile a pris part activement à la proposition de mesures lors de l’élaboration de la feuille de route. « Il est normal que dans ’élaboration de la phase de mise en œuvre, tous ces acteurs soient informés de son état d’avancement afin qu’ils s’organisent mieux pour jouer pleinement leurs rôles dans la conduite des activités », dira-t-il.

Construire une synergie d’action

De par son rôle de veille, d’interpellation et de mobilisation des communautés et des financements, la société civile est un acteur essentiel dans la mise en œuvre du processus de la REDD+. Deux jours durant, des communications suivies d’échanges ont permis aux participants de se familiariser avec les objectifs fondamentaux de la REDD+, d’apprécier l’état de mise en œuvre du mécanisme REDD+ et de découvrir les opportunités de financement dans le secteur. A la fin de l’atelier, les participants ont convenu d’un plan d’actions pour une meilleure implication de la société civile dans la mise en œuvre de la REDD+.

Un invité de marque

Yacouba SAWADOGO : Prix Nobel Alternatif 2018

Récipiendaire du Prix Nobel alternatif 2018, pour ses efforts de restauration de plusieurs dizaines d’hectares de terres arides par la technique ancestrale du zaï, Sayouba SAWADOGO était invité à partager son expérience dans la lutte contre la déforestation et la dégradation des forêts. L’octogénaire, surnommé « l’homme qui a arrêté le désert » pointera du doigt les actions antropiques, au nombre des causes qui mettent en péril les forêts. Sayouba SAWADOGO présentera la forêt qu’il a créée au bout de deux décennies d’effort comme une parfaite illustration, puisque menacée de disparition.

 

Réactions de quelques acteurs de la société civile à la fin de l’atelier

 

Cécilia SOME, Présidente de l’Amicale des Forestières du Burkina : « La REDD+ du Burkina Faso est bien partie »

 

« La REDD+ du Burkina est bien partie. La société civile a été impliquée dès le début. Les OSC servent d’interface entre les structures de l’Etat et les communautés en menant le plaidoyer auprès des autorités pour la prise en compte des préoccupations et les aspirations des populations locales dans les politiques publiques, les projets et programmes de développement. Nous sommes convaincus que nous pouvons encore améliorer notre collaboration avec le Secrétariat Technique National REDD+ et le PIF qui est déjà bonne. Concernant les appels à projet par exemple, nous pouvons faire des efforts pour travailler davantage en synergie sur le terrain ».

 

Abdoul Kader YARO, Responsable du département environnement, sécurité alimentaire et nutritionnelle à CEAS Burkina : « Le Burkina est sur la bonne voie. C’est une fierté. »

 

« Cet atelier est le bienvenu en ce sens qu’il nous a permis de voir les avancées de la REDD+ au Burkina Faso. Avec l’action du PIF et du STN/REDD+, nous constatons que des activités sont menées et que des résultats intéressants sont obtenus. La participation du Burkina à la REDD+ est une expérience unique.   Le Burkina est sur la bonne voie dans le processus REDD+. C’est une fierté. La participation des OSC à la REDD+ du Burkina est effective. Ce processus tient à cœur à tous les acteurs intervenant dans le développement rural et l’accompagnement des populations et des communes ».

 

Nouroudine Lenoble LOUGUE

Assistant en communication PIF-Burkina Faso

 

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire